DIABÈTE DE TYPE 1 AU NIGÉRIA. L’HISTOIRE DE GOODLUCK.


 

Nous avons eu une conversation émouvante avec Joshua Emmanuel Uchenna, fondateur et PDG de PJosh Diabetes Foundation au Nigeria, en Afrique. La mission de la Fondation et ce à quoi elle se consacre est d’aider toutes les personnes africaines vivant avec le diabète. Elle fournit aussi une éducation et donne accès à tous ceux qui ont besoin à des bandelettes de test, des glucomètres, et soutient ceux qui ont déjà été diagnostiqués. Joshua nous dit qu’ils ont l’intention d’améliorer les choses en Afrique d’ici 2030.

Nous voulions faire connaître la Fondation au monde entier et présenter Goodluck, l’histoire d’un jeune Nigérian qui, ironie du sort, ne peut honorer son nom, qui signifie en anglais “bonne chance”.

 

L’HISTOIRE DE GOODLUCK

Il y a quelques semaines, une des bénévoles de la Fondation, Lydia Epelle, s’est entretenue avec Joshua Emmanuel de la situation de ce garçon, car en tant que militants, leur passion est de s’occuper des personnes atteintes de diabète.

Le père du garçon était policier et ni lui ni sa mère n’avaient l’éducation nécessaire pour gérer les conditions de vie que leur fils avait développées. Lorsque Joshua Emmanuel est allé à leur rencontre, le garçon était dans le coma.

Son taux de glycémie (sucre) était très bas, la Fondation a dû prendre en charge ses soins.

Pendant ce temps, la mère de Goodluck se plaignait de problèmes économiques. Elle a soigné son fils avec des herbes médicinales, et on lui a demandé d’arrêter de lui en donner : ce n’était pas une question spirituelle, comme elle le croyait, mais une maladie auto-immune, le diabète de type 1.

Dans ce contexte, il n’y avait qu’un seul objectif clair pour la Fondation et les bénévoles : sauver Goodluck. Le père du garçon a été appelé et a dit qui ils étaient, leur emplacement, leur site Web, où ils se trouvaient et ce qu’ils faisaient. Le père a refusé que son fils reçoive un traitement.

Dans une autre tentative, le père a accepté que la Fondation vienne voir Goodluck.

Il avait très faim et avait développé de graves problèmes rénaux. La situation est vraiment dramatique : les voisins accusent le jeune homme de “voler”, puisqu’il est privé de nourriture et qu’il a essayé par tous les moyens d’en avoir, et ne reçoit aucun médicament, encore moins de l‘insuline, seulement les “herbes”. C’était exaspérant, la mort s’approchait de lui à pas de géant.

Le seul moyen de le soigner était de signaler la situation à la police, alors Joshua Emmanuel a conduit trois heures jusqu’à ce qu’ils atteignent le poste le plus proche.

La réponse de la police a été qu’ils « ne pouvaient rien faire ». Ils ont été ignorés, ils n’ont pas été pris en compte. Le garçon n’avait pas d’importance pour ses propres parents et semblait n’avoir d’importance pour personne. S’agissant d’une « affaire civile », la police « ne pouvait rien faire » et « moins en matière de santé ».

Le jeune Goodluck a été ramené chez lui, où les conseils sur les soins à donner à son fils n’ont pas été pris en compte. Toute cette situation était profondément marquée par un traumatisme émotionnel qui régnait dans l’environnement : ce garçon n’avait pas connu l’amour. La mère a dit que si Goodluck mourait, elle donnerait naissance à un autre fils, donnerait à son mari un autre fils, en bonne santé.

L’ignorance des parents n’était plus une excuse, car ils ne permettaient même pas à d’autres personnes de s’occuper de leur enfant.

Peu de temps après, le PDG de la Fondation, Joshua Emmanuel, a appris la nouvelle du décès de Goodluck. La nouvelle est tombée le 3 décembre 2021.

C’est une vie qui aurait pu être sauvée. La mort triste et inutile d’un jeune homme privé de nourriture et d’amour, enfermé et isolé par ses parents et ses voisins et dont le seul crime était d’avoir le diabète de type 1.

Nous racontons l’histoire de Goodluck en hommage à sa mémoire. Comme je pleure devant tant d’injustice. C’est un appel à la solidarité dans la communauté mondiale du diabète et un rappel que seuls l’empathie et l’amour peuvent nous sauver.

WRITTEN BY Lucía Feito Allonca de Amato, POSTED 05/26/22, UPDATED 05/26/22

Lucy vit avec le diabète de type 1 depuis 30 ans, a la double nationalité espagnole et argentine et est diplômée en droit de l'Université d'Oviedo. C'est une partie active de la communauté du diabète en ligne, un sujet dans lequel il est constamment mis à jour. Il est également patient expert en maladies cardio-métaboliques chroniques de l'Université Rey Juan Carlos et militant pour les droits des personnes de la communauté LGBTQ+.