5 raisons pour lesquelles j’utilise une pompe à insuline


 

Il y a quelques semaines, Ginger, avec qui j’ai une belle relation au travail, a publié un article nommé “5 raisons pour lesquelles je n’utilise pas de pompe à insuline” et je me suis dit : “Eh bien, j’ai le même nombre de raisons (ou peut-être plus) d’en utiliser une”. Et les voici.

Les gens sont surpris de me voir choisir de porter quelque chose de connecté tout le temps au lieu d’utiliser des stylos à insuline qui semblent plus confortables. Cela me convient d’avoir la possibilité de pousser des boutons 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Au cours de mes plus de 30 étés à vivre avec le diabète de type 1, j’ai découvert que la technologie avait progressé à pas de géant. Lorsque j’ai été diagnostiquée, j’ai mesuré la concentration de glucose dans les urines, vous comprendrez donc que pour moi l’arrivée des pompes à insuline était non seulement surprenante mais impressionnante. Pendant ma grossesse, j’ai utilisé une pompe à insuline et bien que je ne puisse pas lui donner tout le mérite, je peux la remercier de m’avoir aidé à mener ma grossesse à terme étant donné que je ne portais pas de capteur par exemple.

Avant d’utiliser une pompe à insuline, je peux dire que je maîtrisais l’art des stylos et des seringues. Je sais bien comment fonctionnent les insulines mais surtout je sais très bien comment fonctionne mon corps. Je suis physiquement agitée et j’ai toujours aimé faire un sport différent. J’ai dansé le jazz, j’ai fait du taekwondo et j’ai même joué une saison de football américain. J’ai vraiment aimé pratiquer le crossfit dans le cadre de mes entraînements et actuellement je fais du jogging sur un tapis roulant tout en suivant des cours en ligne.

J’aime planifier tous les détails de ma vie. Je suis trop structurée. Et planifier mon avenir fait partie de mon agenda donc j’aime surveiller ce que je mange, comment je bouge, ou comment je ne bouge pas et surtout ma glycémie. Je suis sûre que je peux aussi le faire sans pompe à insuline, mais je dois reconnaître le privilège que j’ai dans le pays où je vis et je ne manquerai jamais cette opportunité.

Voici les raisons pour lesquelles j’utilise une pompe à insuline.

Mon hbA1c s’en fiche … et je m’en fiche de mon hbA1c

Lorsque la pompe à insuline est entrée dans ma vie, mon hbA1c était considérablement élevée. J’ai toujours géré plusieurs doses d’insuline par jour et ma glycémie. Le premier mois où j’ai utilisé une pompe à insuline, mon hbA1c est tombé à 6,5, ce qui pour moi était une avancée très, très importante. Maintenant, je ne gère pas mon diabète ou ma glycémie en pensant à l’hémoglobine glyquée mais à mon temps dans la plage cible.

Je prends également en compte d’autres éléments pour évaluer mon dosage d’insuline comme la variabilité de ma glycémie (combien ma glycémie change au cours de la journée). Mon temps dans la plage, ma variabilité glycémique et ma santé mentale se sont améliorés après avoir immédiatement utilisé une pompe à insuline.

ça ne me dérange pas de porter une pompe 

Cela ne me dérange pas de porter une pompe dans ma poche de pantalon. Cela ne me dérange pas non plus de porter le téléphone, et cela ne me dérange pas de porter les clés de la maison, ni un sac, ni de mettre mes lunettes de lecture.

Pour moi, un accessoire de cette taille ne pourrait jamais être ennuyeux. Je l’ai abandonné plusieurs fois, peut-être le même nombre de fois que j’ai abandonné le téléphone. J’ai appris à vivre avec une pompe à insuline comme j’ai appris à porter des lunettes.

En fait, j’ai sauté en parachute, joué une saison de football, atteint les plus hautes tyroliennes du Mexique et suis allée plusieurs fois à la plage avec une pompe à insuline. Cela ne m’a jamais dérangé ni entravé. Je dors bien avec ou sans pompe, et cela n’impacte pas non plus ma vie sexuelle.

Ma peau est sensible mais la communauté du diabète m’a toujours apporté des solutions qui m’ont été utiles.

Les défaillances techniques me stressent, mais l’éducation au diabète me sauve

Certes, une défaillance au site d’insertion, une canule ou une obstruction de l’administration d’insuline peut rapidement entraîner des taux de cétones modérés ou simplement des taux de sucre dans le sang très élevés si nous ne savons pas comment agir. Si vous mesurez votre glycémie et que le résultat est supérieur à votre objectif, vous devez corriger en utilisant de l’insuline.

Si, après une correction, votre glycémie ne semble pas baisser ou n’a pas l’intention de le faire, il est temps de changer le cathéter et de vous assurer que ce n’est pas la cause. Dans ces cas, la correction doit se faire manuellement (avec une seringue) vous éviterez ainsi des taux très élevés ou une acidocétose).

Les pompes sont chères donc je les considère comme un investissement

Dans mon pays, les pompes à insuline ne sont possibles que pour quelques-uns. Ce n’est pas la faute du fabricant ou de nous, c’est la faute d’un système de santé avec de très nombreuses défaillances. Il y a des groupes qui travaillent pour que l’accès à ces technologies et traitements soit accessible à tous.

Elles sont certes très chères mais ceux qui peuvent avoir la possibilité d’investir en eux doivent y voir un investissement dans leur santé.

Certains d’entre nous pensent que la santé est une priorité. Nous ne pouvons pas penser à faire des économies pour notre santé.

Les injections quotidiennes multiples soutiennent mes objectifs personnels de style de vie et de discipline

Sur ce point, je suis d’accord avec Ginger. J’ai une vie heureuse et active, je bouge tout le temps et je travaille ou étudie également tout le temps. J’aime aussi l’exercice et le week-end j’aime explorer, grimper, faire du vélo partout et découvrir des villages au milieu de nulle part.

Avec la pompe à insuline, je peux arrêter de m’inquiéter des hypos inutiles après le sport et de devoir manger quelque chose pour ramener ma glycémie à la plage cible. J’ai aussi toutes les informations disponibles pour le moment donc je n’ai pas à planifier mes activités quotidiennes en détail pour faire des ajustements. De plus, je peux appuyer sur le bouton de la dose d’insuline sans avoir à me piquer.

De plus, je suis très au top dans mes résultats, c’est fou ! Plus de 30 ans de diabète de type 1 m’obligent à faire attention car je veux vivre au moins 40 ans de plus pour rencontrer mes petits-enfants et jouer avec eux.

En conclusion…

Chaque diabète est différent. Il est aussi unique que chaque personne. Les régimes, la gestion, les objectifs et les technologies ne sont pas toujours pour tout le monde, mais il est toujours intéressant de lire différentes perspectives pour nous aider à choisir ce qui nous convient le mieux. Il n’y a pas de bonnes et de mauvaises réponses ici. Choisissez ce qui est le meilleur pour vous en ce moment.

WRITTEN BY Mariana Gomez, POSTED 02/15/22, UPDATED 02/15/22

Mariana est psychologue et éducatrice en diabète. Elle est la créatrice de Dulcesitosparami, l'un des premiers espaces en ligne pour les personnes atteintes de diabète de type 1 au Mexique. Elle est co-auteur du livre pour enfants "Había una vez una diabetes" avec Eugenia Araiza et co-fondatrice de Diabetes and Co, une plateforme d'éducation en ligne sur le diabète en espagnol. Actuellement, Mariana est directrice des marchés émergents chez Beyond Type 1. On lui a diagnostiqué un diabète de type 1 il y a plus de 30 ans. Elle est la mère d'un adolescent.