COMMENT LE DIABÈTE IMPACTE VOTRE SANTÉ MENTALE


 

 

Lorsque je dis aux gens que je suis un psychologue spécialisé dans le diabète, ils ont généralement l’air confus. La plupart des gens pensent que le diabète est un état physique et n’ont jamais vraiment pensé aux aspects mentaux de la vie avec cette maladie. Même certaines personnes atteintes de diabète sont surprises qu’il existe des organismes comme le CDMH qui se focalisent sur le diabète et la santé mentale. Ils savent que vivre avec le diabète est difficile pour eux, mais souvent ils sont surpris d’entendre que leurs préoccupations sont réellement (et malheureusement) assez communes. Qu’est-ce qui est si difficile dans le diabète ? 

J’ai tendance à penser au diabète et aux questions de santé mentale de façon très générale. Bien que certaines personnes atteintes de diabète aient un problème de santé mentale (qui peut ou non être lié au fait d’être diabétique), il y en a beaucoup d’autres qui sont aux prises avec des problèmes très réels, mais qui ne répondent pas nécessairement aux critères (parfois arbitraires) d’un diagnostic de santé mentale. 

La psychologie est l’étude de la façon dont les situations, les émotions et les relations dans notre vie interagissent et ont un impact sur notre comportement. Je pense que cette définition nous fournit un cadre de travail que nous pouvons utiliser pour parler de l’impact du diabète sur la santé mentale. 

La situation

Le diabète est une situation autogérée. Ça signifie que c’est la personne diabétique, et non son médecin, qui est chargée de prendre soin d’elle-même au quotidien. Le diabète implique la prise de décisions fréquentes, parfois de vie ou de mort, dans des circonstances parfois stressantes et physiquement inconfortables. 

De plus, la gestion du diabète est constante et peut sembler accablante. Si vous ou l’un de vos proches êtes atteint de diabète, prenez une minute pour réfléchir à toutes les mesures que vous prenez chaque jour pour gérer votre diabète. Quoi manger, quelle quantité d’insuline prendre, quand (ou s’il est possible ou pas de) faire de l’exercice, comment interpréter une lecture de glycémie, combien de glucides prendre pour traiter une hypo, la liste est longue. Les décisions et les comportements qui en découlent (et leurs conséquences) sont des aspects essentiels de la gestion du diabète. Cependant, faire tout ce qui est nécessaire pour gérer le diabète peut devenir accablant — et se sentir accablé n’est généralement pas amusant. 

Les émotions

Beaucoup de personnes atteintes de diabète savent qu’avoir le diabète peut entraîner des émotions désagréables et inconfortables. Une question qu’on me pose souvent est pourquoi vivre avec le diabète est si difficile et ce qui cause ces émotions négatives. Malheureusement, ce n’est pas une question à laquelle il est facile de répondre. Il peut être très difficile de recevoir un diagnostic et de vivre avec une maladie chronique comme le diabète, et comme nous en avons déjà parlé, il peut être difficile de trouver un équilibre entre tout ce qui est nécessaire pour bien vivre avec le diabète. Même si vous faites tout ce que vous êtes « censé » faire, le diabète peut être imprévisible et frustrant. 

Et si vous n’êtes pas en mesure de faire tout ce que vous êtes « censé » faire, cela peut provoquer des sentiments d’anxiété, de culpabilité et même de désespoir. Et nous n’avons même pas parlé de l’impact émotionnel du mal-être. Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas de réponse facile à cette question parce que, eh bien, le diabète est compliqué. 

Les relations

Le diabète peut avoir un impact énorme sur la façon dont les personnes atteintes vivent leur vie quotidienne et interagissent avec le monde, et cela peut être particulièrement difficile lorsqu’il s’agit de relations avec la famille et les amis. Le stress et d’autres émotions négatives peuvent affecter la capacité à être présent dans les relations, et parfois la capacité à avoir des relations tout court. Et cela, sans même parler du diabète. Les relations sont une partie importante de la condition humaine et du bien-être émotionnel de nombreuses personnes, et lorsque le diabète affecte les relations — et c’est le cas — cela peut causer un niveau important de détresse. 

Le comportement

Je crois fermement que tout ce dont nous avons parlé jusqu’à présent nous ramène au comportement. Les gens cherchent souvent à se faire traiter pour des problèmes de santé mentale à cause de la façon dont leur situation, leur émotion ou leur relation les amène à se comporter. Le diabète et le stress qu’il entraine (la situation), la façon dont il vous fait sentir (les émotions) et l’impact qu’il a sur votre relation avec les autres se recoupent et peuvent parfois rendre difficile le fait de se comporter comme vous le souhaitez. Pour certaines personnes, cela signifie qu’elles doivent suivre leur plan de traitement du diabète et prendre soin d’elles-mêmes. Pour d’autres, cela signifie se sentir si déprimées, anxieuses ou impuissantes qu’elles ont de la difficulté à aller au travail ou à l’école, ou à faire des choses qu’elles aiment. Pour d’autres encore, le diabète cause des tensions ou des conflits dans une relation, ce qui rend difficile d’être un ami aimant et compréhensif. Et pour d’autres, c’est une combinaison de tous ces problèmes et d’autres dont nous n’avons pas parlé ici. 

Même si le croisement du diabète et de la santé mentale est complexe, je tiens à assurer qu’il y a de l’espoir. Il y a beaucoup de gens qui vivent avec le diabète et qui ont des vies et des relations épanouies. Si vous êtes aux prises avec des problèmes de stress liés au diabète, sachez que la situation peut s’améliorer. Mais avant de pouvoir résoudre un problème, il est important de réfléchir de façon critique et de le définir. J’espère que cela vous donne un bon point de départ. 

 

 

 

WRITTEN BY MARK HEYMAN, PHD, éducateur agréé en diabète , POSTED 01/06/20, UPDATED 01/14/20

Dr Mark Heyman est un psychologue spécialisé en diabète et un éducateur agréé en diabète. Il est le vice-président des opérations et innovations cliniques à One Drop. Il est également le fondateur et le directeur du Center for Diabetes and Mental Health (CDMH). Il est passionné par l'éducation sur le diabète et les traitements de santé mentale fondés sur des données probantes pour les personnes diabétiques. Mark a reçu son PhD en psychologie clinique de l’université The George Washington et a effectué sa formation clinique à l’UCSD School of Medicine. Il est professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie de l'UCSD. Il vit avec le diabète de type 1 depuis 1999. Vous pouvez suivre Mark sur Twitter @DiabeticPsych et le contacter par email à l’adresse mark@cdmh.org.