Anxiété et diabètes


 

  

État de peur

L’anxiété est devenue l’une des maladies mentales les plus fréquemment diagnostiquées aux États-Unis. Il semble que partout où vous allez, quelqu’un en parle. Que ce soit leur enfant ou eux-mêmes qui en souffrent, tout le monde et leur mère semblent souffrir d’un certain niveau d’anxiété. Il y a eu une hausse particulière du niveau d’anxiété signalé chez les enfants et les adolescents. Bien que les professionnels de la santé mentale tentent de mettre la main sur ce qui y contribue exactement — la technologie, le climat politique, les devoirs — il n’est pas nécessaire de creuser profondément pour trouver une raison à l’augmentation du niveau d’anxiété chez les personnes qui vivent avec le diabète de type 1. Pour commencer à débattre sur ce problème, voyons d’abord ce que l’anxiété signifie réellement.

Qu’est-ce vraiment que l’anxiété ?

Un certain niveau d’anxiété est sain — nécessaire, même. C’est ce qui nous empêche d’adopter des comportements dangereux et qui nous motive à accomplir les choses que nous devons faire. La définition de l’anxiété dans le dictionnaire se lit comme suit : « détresse ou malaise de l’esprit causé par la peur du danger ou du malheur ».1 Lorsque cette détresse devient trop importante ou disproportionnée par rapport à la situation qui la provoque, la personne a tendance à souffrir d’anxiété plutôt que d’en tirer profit.

Certaines formes les plus courantes de troubles anxieux sont :

Trouble d’anxiété généralisé

Un état d’inquiétude prolongé ou une tendance à s’inquiéter de tout et de rien. Le trouble d’anxiété généralisé peut se manifester physiquement, par exemple par des problèmes gastro-intestinaux ou des troubles du sommeil.  Une personne vivant avec un TAG aura tendance à tout voir à travers une lentille d’anxiété et sera bombardée de « et si ? » 

Trouble de panique

Le trouble de panique peut survenir après qu’une personne ait subi une ou plusieurs crises de panique et qu’elle vit dans la crainte constante que la prochaine crise se produise. Tout le monde vit des crises de panique de différentes façons, mais les symptômes les plus courants sont l’essoufflement, le sentiment de malheur imminent, la dépersonnalisation (ce sentiment lorsque vous flottez à l’extérieur de votre corps) et les palpitations cardiaques, pour ne citer que ceux-là.

Trouble d’anxiété sociale

Comme son nom l’indique, le trouble d’anxiété sociale se manifeste lorsque les gens ressentent un malaise et une anxiété extrêmes en présence d’autres personnes. Cette anxiété trouve son origine dans la peur de ce que les autres pensent de vous, ou dans la peur de vous mettre dans l’embarras ou d’avoir l’air idiot. 

Le diabète et l’anxiété

Le DT1 et l’anxiété sont faits pour s’exacerber mutuellement. Les craintes et les schémas de pensée qui alimentent l’anxiété sont inhérents à la gestion du diabète. D’un autre côté, la lutte contre l’anxiété peut faire des ravages sur la glycémie. Plus j’ai passé de temps à travailler avec les troubles anxieux et à essayer de les distinguer, plus j’ai réalisé à quel point la gestion du diabète est contraire à l’intuition pour ce qui est des niveaux d’anxiété. 

Et si

Derrière chaque esprit anxieux se trouve un chuchotement harcelant de « Et si ? » « Et si je mourais ? » « Et si je me mets dans l’embarras ? » « Et si j’échoue ? » Ces questions persistantes peuvent être paralysantes. Cependant, dans la gestion du diabète, il est souvent nécessaire de se demander ce qui se passera si. Par exemple, je suis sur le point de préparer mon diner en rentrant chez moi, mais que se passera-t-il si je suis coincé dans la circulation ? Je me prépare pour une course en ajustant ma dose et ma collation, mais que se passera-t-il s’il pleut ? 

Au premier plan de la gestion du diabète, il y a la planification. Malheureusement, la planification invite souvent à faire des « si », et les « si » peuvent facilement se manifester sous forme d’anxiété. Lorsque vous vivez avec de l’anxiété, il est souvent difficile de faire la différence entre les « si » rationnels ou utiles et les « si » irrationnels et préjudiciables. Tenir compte de la pluie ou de la circulation lors de la planification de votre dose d’insuline peut être productif, alors que réfléchir de façon répétitive à la possibilité de tomber bas et de s’évanouir pendant votre programme d’exercice ne l’est pas. 

Vivre dans le présent

De la même façon, la planification des soins du diabète peut empêcher d’être focalisé sur le moment présent. Au cours des dernières années, il y a eu de plus en plus de preuves de l’efficacité de la réduction du stress basée sur la pleine conscience et de la méditation pour le traitement de l’anxiété². Une grande partie de notre inquiétude trouve son origine dans ce qui pourrait ou non se produire dans le futur. Toutefois, il est difficile de se concentrer sur le moment présent et encore plus dur d’être spontané quand vous avez de l’insuline active, des capteurs avec les flèches pointant vers le bas et une quantité fixe de jus dans votre sac à main. Même la pratique de la méditation peut être interrompue par les alertes des pompes à insuline et des appareils de mesure du glucose en continu. Comme mentionnée ci-dessus, la gestion du diabète implique beaucoup de planification. Et beaucoup de planification signifie beaucoup de réflexion orientée vers l’avenir. 

Vérifier

Tout comme la planification, la vérification du diabète est essentielle. Vérifier la glycémie, vérifier l’insuline active, vérifier les faibles réserves, mais pour quelqu’un d’anxieux, la vérification peut devenir un rituel obsessionnel. Les personnes souffrant d’un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) ont certains rituels qu’elles accomplissent pour calmer les pensées obsessives qui leur passent par la tête de façon répétée. Comme les vérifications sont essentielles à la gestion du diabète, il est facile pour une personne susceptible de souffrir d’anxiété de s’engager dans un cycle de vérifications excessives. Imaginez ceci : vous êtes anxieux à l’idée d’avoir une hypoglycémie, vous vérifiez les données de vos capteurs et vous ne voyez pas de flèches vers le bas. Vous ressentez une vague de soulagement temporaire. Cependant, quelques instants plus tard, ces pensées reviennent. Elles deviennent de plus en plus fortes dans votre tête, jusqu’à ce que vous deviez revérifier votre capteur — toujours pas de flèches vers le bas. Vous voyez comment cela peut vous entrainer dans un cycle de pensée-comportement négatif. 

Où allons-nous maintenant ?

Heureusement, tout comme le diabète de type 1, l’anxiété est gérable. Mais ça requiert des efforts. Si vous avez l’impression que l’anxiété nuit à votre vie quotidienne ou à celle de votre enfant, envisagez la possibilité de consulter un thérapeute. Il existe de nombreux thérapeutes qui savent comment traiter les personnes atteintes d’une maladie chronique. Et s’ils n’en ont pas, BT1 a un guide utile pour les informer sur le diabète de type 1.

Où commencer : trouver un thérapeute

Votre médecin généraliste ou votre pédiatre peut vous recommander d’autres spécialistes. Ou, si ça ne vous gêne pas, demandez autour de vous. Il est plus que probable que de nombreuses personnes dans votre entourage consultent un thérapeute et vous n’en avez aucune idée. Ou, si vous avez une assurance privée, vous pouvez essayer d’appeler le numéro des « Services à la clientèle » au dos de la carte d’assurance et demander qu’on vous réfère à des fournisseurs locaux de soins de santé comportementale du réseau. Il existe également de nombreuses façons de trouver un thérapeute en ligne :  

Bien que le diabète et l’anxiété puissent faire bon ménage, vous n’avez pas à vivre constamment à leur merci. À mesure que vous apprendrez à accepter et à gérer votre anxiété, vous apprendrez à bien vivre avec elle. Ce ne sera pas facile, et il y aura beaucoup d’essais et d’erreurs. Naturellement, le fait d’avoir le diabète de type 1 signifie que vous êtes habitué à cela ! Et n’oubliez jamais que vous n’êtes pas seul dans cette situation. 

RÉFÉRENCES

  1. HTTP://WWW.DICTIONARY.COM/BROWSE/ANXIETY?S=T
  2. HTTPS://WWW.MINDFUL.ORG/JON-KABAT-ZINN-DEFINING-MINDFULNESS/
  3. HTTPS://BEYONDTYPE1.ORG/T1D-GUIDE-MENTAL-HEALTH-CARE-PROVIDERS/

 

 

 

WRITTEN BY KRISTI CAPOROSO, TITULAIRE D’UNE MAITRISE EN TRAVAIL SOCIAL, TRAVAILLEUSE SOCIALE AGRÉÉE, POSTED 01/06/20, UPDATED 03/25/21

Kristi Caporoso, titulaire d’une maitrise en travail social, travailleuse sociale agréée, est une jeune adulte vivant avec le diabète de type 1 dans le nord du New Jersey. Elle a obtenu une maîtrise en travail social à l'Université Rutgers, avec spécialisation sur le travail social clinique dans le domaine des soins de santé. Elle est travailleuse sociale agréée (LSW) dans un hôpital pour enfants, où les patients et les familles doivent faire face à diverses crises et maladies chroniques. Ses principaux intérêts sont la lecture, l'écriture, la course à pied et le fait de montrer aux autres à quoi ressemble vraiment la vie avec le diabète de type 1. Elle a le diabète de type 1 depuis plus de 25 ans. Vous pouvez la trouver sur Twitter & Instagram : @diabetictruths et son blog : https://diabetic-truths.blogspot.com/